Le résumé du patron du CDM 2022

Où qu'on blablate.
Répondre
BigMountain
Messages : 18
Enregistré le : ven. juin 10, 2022 11:35 pm

Le résumé du patron du CDM 2022

Message par BigMountain »

Je commence à avoir cette terrible sensation d'être le seul utilisateur de ce forum

Circuit du prélude

Le championnat n'est déjà plus qu’un lointain souvenir. Il s’agit de ma plus mauvaise prestation depuis que j’y participe. Cette petite phrase qui trotte dans ma tête comme les cloches éteintes de Notre Dame. “J’aurai peut-être dû m’entraîner” Je n’ai touché à smk que deux fois depuis 2018, et c’était sur émulateur.

Alors pourquoi continuer d’y aller. Pourquoi enchaîner des terribles défaites qui minent l’esprit aussi violemment qu’un battle mode contre Sami qui balance trois carapaces rouges en 18 secondes. Oui pourquoi ? Cette impression démesurée que les champions sont plus forts d’année en année. Cette rage de vaincre quoi qu’il en coûte, pas de bienveillance ou si peu, de véritables machines au gameplay sans failles.

Surtout que les règles ont changé, fini le système belge, le nouveau système est une machine à broyer le noob que je suis, mais je vais en reparler de ce plus grand scandale de tous les temps, le système suisse si j’ai bien compris, ou comment je me suis fait déglinguer la tête par l’élite mondiale, comment se faire torcher les fesses par tous les champions du monde actuels ou passés !

Bien sûr je dramatise exprès le tableau pour essayer de trouver une accroche au résumé qui va suivre. Et bien sûr le texte ne sera que le prisme de ma folie et pas forcément le reflet strict de la réalité. Surtout que j’avoue que certains moments de ce championnat étaient bien déformés dans mon esprit enfumé, mais jamais tant que j’étais toujours en compétition. Une fois éliminé, il fallait bien faire passer le temps :p

J’ai été content de pouvoir rencontrer Miku, Lenain, Myu et capitainHum que je ne connaissais qu’à travers mon écran d’ordinateur sur Twitch quand je cherchais de la bonne compagnie. Et bien sûr une communauté toujours bienveillante qui ne fait pas l’effort de parler le français ! C’est fou ces joueurs du monde entier qui affluent pour un jeu si vieux que certains n’étaient même pas nés quand il est sorti. Comment expliquer cette attraction que l’on peut qualifier d’amour.

J0 : Un voyage électrique

Par une journée ensoleillée, rendez-vous devant chez Banana où la Oursmobile doit nous convoyer. Force est de constater que les Plugs ne sont pas nombreux. Enfin je veux dire les Alsaciens. Heureusement la mafia alsacienne du rétrogaming compte encore des membres capables de répondre présents au CDM. Il y a Ours le Parrain, Moi le Patron et Banana !e Président (Si si, il est président de l’association fantôme des plugs) Nous convoyons aussi JDR qui n’est pas un plug mais qui est le bienvenu.
La Oursmobile est un véhicule électrique. Ours a planifié des arrêts pour les recharges. Un véritable maître des horloges, à noter que quelque part vers Cologne les aiguilles se sont légèrement déréglées nous envoyant dans le sens inverse de la bonne marche. Le voyage se passe bien, il faut noter que Banana ne lève pas la tête de sa switch. C’est si étrange de voir Banana sur une console moderne, c’est un peu comme si la rotation de la planète s’inversait.

Nous arrivons en Hollande pour une ultime charge. Je n’ai rien mangé depuis le matin et la vue d’un KFC fait dire à mon estomac qu’il faut que j’y aille. Ours m’accompagne. Nous prenons notre commande à la borne qui fait l’effort de parler le français ! Et là un instant de flottement passe sur nos esprits, aucun ticket ne sort de la machine, il y a bien une feuille scotchée sur la borne mais elle parle hollandais et en plus elle est déchirée en partie. De plus nous n’avons pas fait attention si la machine nous a donné un numéro. Nous voilà en train d’attendre une commande dont nous ne savons pas le numéro. Quand l’employé appelle plusieurs fois sans que personne ne réagisse, nous supposons que c’est notre commande … me voilà repu après une bonne dose de poulet. Encore un effort et nous allons arriver à notre destination.

Nous allons passer nos nuits chez Martin Van Haasteren. Nous sommes accueillis par Martin, sur place il y a Tif le breton que je suis très content de revoir et qui paraît inchangé pareil à un immortel qui ne peut pas vieillir. Il y a l’australien Michael Summer. Il y aussi l’ami et voisin de Martin, il met une ambiance de feu. Puis arrive DREW DREW DREW ! Il devait être une heure quand on est arrivés, le temps passe et je suis fatigué mais l’ambiance ne tombe pas et tout le monde parle anglais, je me sens à la dérive comme le Titanic avec son iceberg. Enfin je dois comprendre un mot sur trois, ce qui n’aide pas vraiment à la compréhension, mais les rires sont bien présents. Heureusement, la présence de deux lapins dans le jardin apporte un réel réconfort. A presque trois heures je suis enfin en train de dormir.

Autant dire que le championnat n’a pas encore commencé que je suis déjà en déficit de sommeil. mais je suis content d’être là sur mon tapis de sol. JDR qui a oublié d’activer son mode furtif passe à côté de moi et me réveille, je dors près de l’entrée la cuisine, il est 7 heures du matin et impossible de me rendormir, mon déficit de sommeil creuse sa propre tombe à marche forcée. Au petit déjeuner il est question de mes ronflements qui ont réveillé des dormeurs en besoin de sommeil. Je sais que je suis un ronfleur invétéré, ne me jetez pas de pierres sur une chose sur laquelle je n’ai aucune prise. Je peux me vanter d’avoir fait vibrer les plugs, que dis-je ? Je les ai fait vrombir avec mes borborygmes de sommeil.

J1 Time trial

Après avoir partagé quelques bouts de salades avec les lapins, c’est le moment de partir. Environ vingt minutes à pied pour nous rendre à l’Arena. Nous sommes accueillis par un parterre arc-en-ciel à l’entrée. En balayant la salle d’un regard rapide, j’aperçois un FF claudiquant s’affairant sur les postes de télévision et les consoles. Gloire à FF qui est là pour s’assurer que la technique ne nous fera pas défaut. Je suis ébloui par l’aura de lumière qui entoure Maître Narnet. Je fais un rapide tour pour saluer la communauté. Karel me montre les T-shirts de cette édition, ils sont magnifiques avec de belles couleurs pastels. Un dessin fait par Miku qui est très réussi.

Je constate que la salle a changé depuis 2018. Le théâtre des opérations a perdu en taille, il y a eu un ajout, une zone commerciale de style Micromania. Je m’inquiète, où sont passés les confortables canapés où j’aimais me reposer. Mais quel scandale, ils sont dans la zone commerciale !

La cérémonie d’ouverture commence et Jarmou impressionne par son aisance à officier dans cet exercice. Je regrette le temps où Mario86 était à cet exercice, il parlait anglais et français. A quand le Français comme langue officielle au CDM, elle l’est bien à l’ONU ! Suit le quizz pour les fous des statistiques. Qui irait compulser presque deux décennies de résultats pour en faire des questions. Plus tard j’essaye de convaincre Miku de faire croire à Mario que j’ai un score de 46 points, sur le moment je ne suis pas certain d’avoir réussi mon coup.

Après avoir réussi à échapper aux caméras des journalistes plusieurs fois, me voilà tombé dans un véritable guet-apens, je me fais éclater les yeux par la lumière d’une caméra, sans rire. On me pose une question en anglais, sans rire. Jarmou arrive pour traduire. Je n’ai clairement pas envie de passer à la télé. La journaliste veut savoir pourquoi j’ai des cuillères autour du cou, je lui explique. Et la question qui tue ou qui suit, selon vos envies “Pourquoi je reviens au championnat puisque je finis dernier”, sans rire ! Je n’ai qu’une seule réponse à donner, et je réponds en anglais, sans rire. “Because i love this game” Je n’ai pas envie d’aller plus loin dans cet exercice, je m’éloigne de la lumière. En plus mes parents n’ont pas signé l’autorisation pour le droit à l’image :p

Le Match Race peut commencer et je la résumerai en une expression “La fournaise des cathodiques” Il fait chaud avec toutes ces grosses télés. Je ne suis pas du tout dans le coup. Ma prestation est si mauvaise que je maudis Koopa, et quand on sait tout l’amour que j’ai donné à Koopa … Je décide que je ferai la suite des épreuves avec Mario. Je pense que si je compare mes temps avec ceux de 2014 ‘Ma première participation à un cdm), j’y verrai une régression. Je vais jouer la facilité et accuser le manque de sommeil, sans rire !

Les résultats sont annoncés. J'ai fait une avant dernière place, vraiment de belles perspectives pour la cuillère. Le dernier n'est en rien un rival, il ne participe pas à tous les modes. Un temps j’ai été remué par la possibilité que Miku soit à la hauteur d'une cuillère mais elle était à côté de moi durant le MR, de temps à autres je jetai un oeil discret et son skill est clairement supérieur au mien.

Le glorieux Narnet dit chut, c'est toute la communauté qui fait le silence. Narnet nous enseigne le respect et c'est à travers lui que nous nous améliorons. Gloire à Narnet. C’est le moment tant attendu. Les applaudissements sont nourris. Narnet, les résultats à la main fait apparaître Jarmou pour l'annonce d'une finale prometteuse. Ai-je bien tout suivi. Narnet crée le départ. Deux écrans en face de moi et une série d'applaudissements. La musique dans l'attente du meilleur temps. L'accélération musicale du dernier tour et déjà de nombreuses mains pour battre la musique. La voix est plus grave, presque solennelle au décompte du maître Narnet. Une ghost valley qui se traverse le déchaînement de la foule. Tout le monde commente en s'enthousiasmant. Un silence de temple brisé suivi d’un sacré déferlement de félicitations. Une médaille pour lafungo puis kvd puis Sami.

Vous noterez que le résumé de la finale est comment dire … absent de détails et je ne suis même plus certain que la chronologie des faits que je relate soit exacte. Mes notes prises ce soir-là sont trop confuses. Je suis complètement défait et c’est clairement la faute de ce coffee shop où je suis allé une fois que j’ai été éliminé, mais ce qui se passe à Alphen reste Alphen, chut !!!!

A suivre
Avatar du membre
lock07
Site Admin
Messages : 3
Enregistré le : jeu. juin 09, 2022 7:49 pm

Re: Le résumé du patron du CDM 2022

Message par lock07 »

En vrai, je crois bien que tout le monde a abandonné, moi le premier :(
BigMountain
Messages : 18
Enregistré le : ven. juin 10, 2022 11:35 pm

Re: Le résumé du patron du CDM 2022

Message par BigMountain »

J2 Battle mode

Le temps s’est largement étiré depuis que j’ai commencé à écrire cette chronique et je ne suis pas certain que la chronologie que je vais relater dans les lignes qui vont suivre sont d’une exactitude sans failles.

La lumière du jour est là et je suis à nouveau réveillé par des bruits provenant de la cuisine, j’en fais mon deuil. Armé d’un café, je m’installe sur un canapé du jardin. Je tends un bout de carotte au lapin et c’est le drame. Les lapins ne veulent pas de ma carotte. Celle de Tif a plus de succès. Je me fais stigmatiser par les lapins et j’y vois un mauvais présage pour cette journée.

On part pour l’Aréna et c’est un peu l’histoire du lièvre et de la tortue. On décolle à trois, laissant Banana et Ours loin derrière nous. Et à l’arrivée ils sont là avant nous. L’explication est fumeuse, on se trompe de carrefour, on fait demi tour, tombant sur Rejemy. Petite discussion OKLM comme disent les jeunes..

A la salle c’est l’éternel scandale des horaires qui ne sont pas respectés, les épreuves de Battle commencent près d’une heure en retard, ce qui me fait dire qu’on aurait pu prendre plus de temps pour … enfin vous m’voyez ! J’observe FF qui bricole des manettes, qui s’affaire sur les télés, que serait le championnat sans son apport technique. On se le demande !

Il y a un point qui m’a inquiété la veille. Il n’y avait pas de poste Plug. Mais qu’est-ce qu’un poste Plug ? Je dois me mettre à la place d’un lecteur peu renseigné. Le poste plug est une télé sur laquelle vont tourner des jeux proposés par Banana. Des jeux pour la plupart du temps, du moins d’après ce que j’ai pu en voir durant mes 4 précédentes participations, auxquels il n’a jamais joué et qu’il va essayer de finir avec l’aide de toutes les bonnes volontés. Jouer sur le poste plug est la promesse de passer un bon moment, découvrir des jeux obscurs et qui finissent par devenir attachants. Le poste plug démarre et c’est l’alignement parfait pour que les dieux du jeu vidéo apportent leurs protections sur le championnat.

Se faire battre par un Enfant de 8 ans au battle mode. C’est ma grande angoisse quand j’apprends qu’il y a un participant de 8 ans pour le battle mode. Cela me rappelle un mauvais souvenir, quand j'avais perdu au bowling sur wii sport contre mon neveu de 5 ans. Heureusement cette défaite n’aura pas lieu car l’enfant est plus fort que moi et dans ce système suisse je ne le croiserai pas, l’honneur est sauf. Pas de titre/succès "8 ans, c'est plus fort que toi"

Durant le premier match, je me retrouve à jouer contre un joueur légendaire de la communauté. Néo ne me laisse même pas une chance de lui éclater un seul ballon, c'est une exécution propre et sans bavure.
Les matchs s'enchaînent. J'arrive à prendre un ballon à Paul mais le score est le même que le précédent, sans appel et plein de promesses pour l'obtention d'une nouvelle cuillère. 4-0 (bis).
Moins homogène, le battle propose des temps d'attente plus ou moins long, entre chaque combat, suivant la valeur des opposants.
Un match contre le glorieux capitainHum, une rencontre que j’attendais avec beaucoup d’impatience. Un match nul épique. Le capitaine est un rival sérieux pour la cuillère même si je pense qu'il est bien meilleur en time trial, et d’ailleurs pour le reste des catégories également.
Puis un match où FF me roule dessus.
Un affrontement de géants entre lenain et moi. Les improbables rencontres avec les streamers se poursuivent.
Myu m'offre ma première victoire, je crie mon bonheur d'une façon qui fait sursauter le capitaine sur le poste d’à côté qui se met à me donner des coups. J’aime ça.
Un nul face au remplaçant d'un inscrit disparu. Il aurait été renvoyé chez lui, certain le nomme “quatre grammes à chaque bras”, tout un programme. Plus tard j’en apprendrai plus sur l’histoire de Monsieur “4 grammes” mais je pense que cela n’a pas sa place dans cette chronique.
FF qui me roule dessus se fait rouler dessus par Myu que j’ai battu. Où est la logique ?
Un nouveau nul contre Mike, je poursuis une bonne série mais pas tant que ça pour l'objectif principal.
Face à Rejemy, une victoire supplémentaire.

Suite à des égalités, les petits rencontrent les gros, me voilà écrasé par Karel.
Achevé par sami, la machine à broyer les ballons. Les coquilles rouges aux trajectoires auxquelles il paraît impossible d'être touché, et pourtant si. Le seigneur des trajectoires sanglantes.
Les deux derniers matchs qui auraient pu être pépères m’entraînent dans une fosse sans fond.. Ce système Suisse me prive de deux matchs avec des adversaires de mon niveau, j’exige le retour inconditionnel du système belge. La colère gronde !

Me voilà éliminé, je peux enfin respirer, il n’y a plus de pression, enfin celle que je prends au bar ça ne compte pas. Je me dirige vers le poste plug où Banana propose un jeu puzzle game ou parfois écraser un enfant pour le faire mourir est préférable à le voir se noyer. Rip petit Grégory … Oui dis comme ça … Il y a aussi un jeu shoot'em up voiture au défilement affolant les rétines.

Je finis par quitter le poste plug afin d'essayer de recoller au championnat. La seule vérité est que le battle mode c'est toujours trop long, on en est à Néo contre Géo. Trop long les ballons, qu'est ce que le classement suisse, une infamie sans fin. Fin de tournoi compliquée pour comprendre qui mène. Je dois m'y remettre. Drew essaye de nous fourguer un plateau de la veille durant cette finale. Le cri de victoire de Néo déchire l'espace et le temps. Il ne faut jamais enterrer les champions. Smk prouve une fois de plus que tous peuvent perdurer.

Il va être l'heure où l’Aréna ferme, si tôt, alors que minuit vient à peine d'arriver. Sur le retour Ours en profite pour Plugger sa voiture. Nous nous couchons tardivement en faisant de la résistance en compagnie des lapins. Enfin dans nos couches avec banana qui ronfle et ours qui ventile du derrière.

Bien entendu j’ai oublié de parler des glaces, mais je développerai ça pour la prochaine journée. Et plus globalement il faudra que je parle de la nourriture servie au CDM..
BigMountain
Messages : 18
Enregistré le : ven. juin 10, 2022 11:35 pm

Re: Le résumé du patron du CDM 2022

Message par BigMountain »

J'ai clairement la flemme d'écrire alors en attendant la suite je propose un quizz en vidéo

https://www.youtube.com/watch?v=zk1Dzu2-nZM

Il y a une coquille qui s'est glissée dans la vidéo, on va dire que j'avais la grande flemme de modifier, puis quelque part ça ma fait marrer
BigMountain
Messages : 18
Enregistré le : ven. juin 10, 2022 11:35 pm

Re: Le résumé du patron du CDM 2022

Message par BigMountain »

J3 Match race

Mes yeux s’ouvrent et je constate que le manque de sommeil est bien présent. JDR qui n'a pas réussi à se fournir en tabac depuis qu’il est en Hollande demande à Drew s' il sait où en trouver. Drew lui répond par l’affirmative et lui dit de le suivre, il doit être presque 8 heures du matin. Drew et JDR s’en vont. Quand je vois JDR à l’Arena, il est grognon, à priori Drew l’a baladé dans plein de rues mais sans jamais le mener à un endroit qui vend du tabac. Je me marre intérieurement en voyant un JDR si ronchon et je me questionne sur la fiabilité de Drew en tant que boussole humaine.

Je profite du temps mort avant le début des épreuves pour faire un entraînement avec Lenain. Est-il vraiment sérieux de jouer à smk plus que nécessaire ? Il est vrai que je ne m’entraîne jamais entre deux championnats, mais comment louper une occasion de passer du temps avec le sympathique Lenain.

L'appel est fait. Tout le monde est là. L’enfer sur terre va commencer pour moi et je suis très sérieux. Autant en battle mode je peux obtenir quelques victoires, autant en Match Race rien n’est acquis.

Sami me roule dessus, mais pourquoi le hasard me met sur la route de ce champion ? Une grosse fessée que je me prends. Pourquoi Sami est-il si méchant ? Je me souviens lors de ma première participation en 2014, j’avais affronté Sami en MR, sur la Ghost Valley au moment où il me prenait un tour il faisait exprès de m’envoyer dans le vide en me fonçant dessus, il récidive en m’éjectant dans les abysses sidérales de la Rainbow Road. Sami, it's a terminator.

D’ailleurs ça me fait penser que le hasard ne m’a jamais fait affronter Jarmou. Comment est-ce possible ? Bon je me souviens que j’ai dû attendre ma 4ème participation pour affronter Banana. peut-être que le sortilège sera brisé sur les deux dernières journées du championnat, suspens ! Ou alors ma seule chance d’affronter Jarmou est d’augmenter mon skill d’une façon qui se révélerait du miracle.

Je me retrouve contre Daisuke. Le japonais est prenable mais je manque de lucidité. J'en oublie que ce n'est pas le dernier tour sur KB1. Un véritable étourdi qui finit dans l’eau croyant la course finie. C’est rageant, sachant que KB1 est vraiment la seule course où je peux gagner contre n’importe qui, enfin presque. La course suivante est prenable mais elle m'échappe encore à cause d'un manque de rigueur alors que j’avais le bénéfice d’un éclair qui m’a permis d’être en tête une bonne partie de la course, mais j’accumule les erreurs.

Me voilà sur un poste de stream face à l’incroyable CapitainHum. Un match serré et là je n’arrive pas à me souvenir qui a gagné, peu importe car j’ai eu un instant le privilège d’être à côté du Capitaine, celui qui a un rire incroyablement réjouissant.

J’enchaîne un 3-1 contre Côme qui a mille déboires sur BC3, d’ailleurs je me rends compte que dans cette chronique je n’ai pas encore parlé de Côme, je vais lui réserver un paragraphe sur les événements de la dernière journée du championnat, il devait être entre deux ou trois heures du matin, une énième bière à la main Côme contre toute attente, à suivre … Ca c’est du teasing :p

L’hécatombe continue. Myu me roule dessus et me montre que le fossé est trop grand entre nous, mais c’est fait avec le sourire. Lenain me roule dessus. Ours me roule dessus. Zoran me roule dessus, le champion de Mariokart 64 n'est pas mauvais à smk.

Puis vient ce terrible moment du système Suisse, celui où je dois affronter l’élite de l’élite, alors qu'avec un système belge j’aurai été plus tranquille avec des joueurs approchant mon niveau, enfin je crois que sur cette édition il n’y a rien de commun avec les précédentes, il n’y a pas vraiment de noob, juste moi. Néo me roule dessus. Lafungo me roule dessus. Voilà c’est fini et j’ai perdu tous les affrontements, c’est la première fois que cela m’arrive, je suis épuisé.

Je peux enfin me détendre et profiter d’un temps sans pression. Je déroge à une règle sacrée, je m’entraîne en GP. J’ai été si mauvais en MR ! Puis vient l’heure des glaces. Les plugs font une pause goûter chez les glaciers d’Alphen. En ce jour je craque complètement et me prends la formule 12 boules de glace, c’est indécent. Comme à mon habitude, je demande au glacier de choisir à ma place les parfums des boules, il y a le choix entre environ trente parfums, je ne veux surtout pas savoir ce qu’il va me mettre alors je lui tourne le dos, en tout bien et tout honneur. J’aime bien découvrir en goûtant au fur à mesure les goûts, puis comme j’aime absolument tout ce qui peut être digéré cela ne me pose aucun souci, il n’y a que deux parfums que je n’ai pas réussi à identifier. Retour à l’Arena.

Je passe du temps aussi sur le poste plug en jouant à un jeu dont j’ai oublié le nom en coopération avec Flo qui a nettement plus de skill que moi, d’ailleurs il finit le jeu alors que j’ai perdu tous mes crédits sur le level précédent.

Je suis un mauvais camarade, je ne regarde pas les phases finales du championnat. Préférant passer du temps en terrasse où l’air commence à se rafraîchir. Le capitaine est là et nous fait profiter des bienfaits que procure son fabuleux rire. Je me pose avec une bière pour regarder la finale. Je suis un peu hors du temps. Le manque de sommeil, la fatigue du coffee …

Nous voilà de retour chez Martin, Drew me propose un plateau repas qu’il a récupéré et j’accepte son présent, me voilà en train de m’empiffrer à deux heures du matin, ha ben bravo ! Demain c'est la dernière journée GP !
BigMountain
Messages : 18
Enregistré le : ven. juin 10, 2022 11:35 pm

Re: Le résumé du patron du CDM 2022

Message par BigMountain »

J4 Grand Prix

J’arrive à un moment de cette chronique assez flou. Je vais vous expliquer. C’est le moment où j’ai arrêté de prendre des notes. Bref tout ce qui va suivre ne sera que le fruit de ce que j’ai réussi à mémoriser, ou alors je peux essayer d’inventer, m’écarter de la réalité, qui pourrait le savoir ? Je veux dire qui à part ceux qui ont participé au championnat et encore ! Donc je m’excuse par avance si ce qui va suivre n’est pas le reflet de la réalité.

Ma performance déplorable au Match Race m’a enlevé toute forme de combativité. Je suis cuit, je suis hors de moi, je n’y suis plus, je me vois déjà avec ma cuillère autour du cou mais pour la mériter je dois tout de même faire le Grand Prix. Je ne peux y échapper. cela aurait pu être marrant d’abandonner pour le GP et alors la cuillère aurait été pour un autre, je vais y réfléchir pour l’avenir ou pas.

Je commence avec 6 points marqués contre Geo. C’est pas très engageant mais c’est le terrible drame que doit vivre un noob, plus l’adversaire est loin devant et plus il entraîne dans son sillage les bots avec lui et le noob a toutes les difficultés du monde à revenir.

Tout n’est plus que catastrophe alors que j’essaye de puiser ce qu’il me reste d’énergie, mais rien n'y fait contre le Capitaine, je marque un seul petit point. Je suis à terre et je me fais marcher dessus. Je ne sais plus contre qui je joue, je ne sais plus vraiment qui je suis et la question c’est pourquoi ? Les défaites cuisantes avec mes scores ridiculement bas me font dire que cette année le niveau des compétiteurs est sans doute le plus élevé de tous les championnats auxquels j’ai participé.

J’ai enfin un adversaire qui m’offre un peu de répit. Ce bon vieux Loser, que je suis content de le voir affiché contre moi. Dois-je expliquer qui est Loser ? Je dirai juste que Loser porte ce jour-là le nom de Myu.

Je suis enfin libéré de toute obligation de jouer à smk.Je me suis fait éclater sans qu’à un seul moment j’ai pu entrevoir l’espoir d’une lumière salvatrice. Je me pose de nombreuses questions et celle qui revient invariablement : ne serait-ce pas pour moi le moment de prendre ma retraite. Ne serait-ce pas mon dernier championnat ? Après tout, il ne fait aucun doute que je vais avoir la cuillère, de ce côté-là il est désormais clair que je n’ai plus rien à prouver. Encore que nous sommes plusieurs à posséder deux cuillères, ne devrais-je pas tenter d’être le champion incontesté des cuillères en obtenant une troisième. C’est dans ces réflexions que je décide de finir ce qu’il me reste de mes achats du coffee shop.

Pour le reste de la journée, j’en profite pour jouer à Street fighter II Turbo. Un jeu où je ne suis pas très bon mais auquel j’ai un amour pareil que smk. J’affronte JDR et je découvre que c’est un combattant démentiel, il maîtrise Honda comme jamais, s’en est quasiment terrifiant. JDR est un petit malin, de temps à autre il me laisse gagner une partie pour faire genre “Il ne faut pas que je le dégoûte sinon il ne voudra plus jouer”, je ne suis pas dupe de mes pseudo-victoires. Je le vois plus tard affronter Takashi qui rit à gorge déployée de se faire broyer par Honda sans pouvoir rien y faire. Nous faisons notre dernier tour chez le glacier, nous sommes un véritable troupeau fait de bric et de plug. Je regarde un peu la compétition mais au final je reste plus à discuter à droite et à gauche. Je voulais squatter la console switchée pour jouer à un jeu obscur bananesque mais la télé est squattée par la team MarioKart 64 et je n’ose pas les déranger pour récupérer la console.

Les épreuves sont finies. Il y a un nouveau nom qui s’inscrit dans la légende du CDM SMK. Mais ce n’est pas encore pour moi dans cette chronique le moment de dévoiler que Sami est le nouveau champion du monde. Il y a une nouveauté ce soir, la salle ne ferme pas à minuit, on nous annonce que l’on va avoir un DJ qui va venir nous passer de la musique, je suis curieux de savoir ce que cela va donner. Je suis ravi par ce que j’entends, c’est juste incroyable de voir un gars qui mixe des samples 8 bits à partir d’authentiques game boy, je suis hypnotisé par la manoeuvre, d’autant plus que je me demande combien de fois je pourrai regarder l'ouverture d'une canette de coca avant d'avoir envie d'en boire une. Le clip passe en boucle sur un écran géant.. Capsule après capsule, cela ne s'arrête pas, des centaines d’ouvertures de canettes, c’est une lutte constante contre la message subliminal d’aller boire un coup qui finalement arrive, me mettant au comptoir pour boire une bière.

Il commence à se faire tard, il doit être trois heures du matin quand nous nous décidons à rentrer, le départ se fait tout en longueur car les plugs doivent ramener leurs matos apportés au championnat. Ce temps je le mets à profit pour regarder le spectacle offert par notre Black Salami national. Discret durant le championnat, il se lâche pour cette dernière soirée. Il essaime les verres de bières qu’il ne finit pas un peu partout du bar aux tables. Il est agité et tient des propos incohérents. A tel point qu’il fait bien rire le barman qui en profite pour le filmer avec son téléphone. Se donner en spectacle est bien l’expression qui convient le mieux, cela me fait bien rire mais je sens que ce n’est pas la meilleure réaction à avoir face à cette “gaieté”. Il ne veut rien entendre de ce qu’on peut lui dire. Je ne sais pas comment cela se finit car nous partons de la salle, mais je me dis que je plains ceux qui devront le sortir de là car il semble ne pas vouloir finir sa soirée, et le lendemain j’apprendrai qu’il fallait aussi plaindre ceux qui dormaient au même endroit que lui. Mais ne vous y trompez pas, je le kiffe, avec ce souvenir éternel gravé dans ma mémoire de lui fumant une page de la biographie de Le Pen, j’en ai déjà parlé dans une précédente chronique.

J5 Cérémonie de clôture et retour

C’est le matin, c’est les lapins, enfin vous commencez à le savoir. Nous bouclons nos paquetages car les plugs ne resteront pas pour le freeplay, dès la fin de la cérémonie de clôture et le temps de dire au revoir, nous nous en irons vers l’Alsace. La Oursmobile chargée, nous nous garons au plus près de l’arena.

En arrivant devant la salle, Drew me propose de faire une course contre lui à vélo. Je décline l’offre tout en me demandant où il a bien pu se dégoter un vélo ?

Je regrette toujours le temps où les cérémonies se faisaient en français et en anglais. La cérémonie est longue quand on ne comprend qu’un mot sur trois, je ne suis pas certain d’avoir bien tout compris. Ce qui ne m’empêche pas d’applaudir et gueuler mon habituel “Bravo” autant que possible. Vient le moment où je reçois des mains de Jarmou ma cuillère autour du cou. Un moment rare et précieux, un aboutissement, je ne fais qu’une très courte allocution au micro, je n’aime pas m’exprimer devant une foule. C’est ce moment que Drew choisit pour approcher son téléphone du micro, et il fait entendre à toute l’assemblée mes ronflements de fou, et oui le saligaud m’a filmé en train de ronfler !!!!

Être le dernier signifie devoir prendre les lots restants sur la table. J’opte pour un adaptateur péritel/HDMI que d’ailleurs à ce jour je n’ai toujours pas testé. Je suis déçu car cette année, je n’ai pas trouvé un lot troll à brandir fièrement comme les années précédentes.

Puis vient le temps où Antistar nous donne les résultats de son quizz de la cérémonie d’ouverture. Je m'éclipse car j’ai été invité à m’enfumer par un champion dont je tairai le nom.

Nous quittons la salle vers la voiture, bien entendu je dois y retourner en toute vitesse car j’ai oublié mon affiche du championnat

Le retour vers Strasbourg se fait sans aucun fait notable à rapporter. Une conduite irréprochable de Monsieur Ours. Il y a bien eu ce moment de flottement à la frontière France-Allemagne à cause d’une déviation difficile à comprendre qui nous a fait faire un long demi tour. La fatigue bien présente dans l’habitacle, c’est toujours un mélange d’intensité et de manque de sommeil ce championnat.

Voilà cette chronique est finie, si le cœur vous en dit vous pouvez faire une donation au patreon du patron. Cette chronique est imparfaite et j’ai conscience que je n’ai pas dû mettre parfois les événements dans le bon ordre. J’ai aussi certainement oublié un tas de trucs.

Bilan du CDM SMK 2022

Les +
- Ma deuxième cuillère
- Excellente ambiance
- Les nouvelles télés
- T-Shirt offert hyper classe
- Jarmou qui chante
- Entendre le rire du Capitaine en vrai
- Se lier d’amitié avec des lapins
- Proximité du coffee shop avec l’Arena
- Je n’ai pas chopé le Covid
- L’aura bienfaisante de Narnet

Les -
- Mon niveau de jeu en régression
- L’arena toujours pas en mode privatif
- Disparition des canapés confortables
- Le système Suisse
- A une exception près, je n’ai pas trouvé la nourriture servie terrible

Conclusion

Il est sans doute temps que je prenne ma retraite du CDM SMK
Répondre