Final Fantasy VI : Piano Collection

Compositeur :
Nobuo Uematsu

Arrangements :
Reiko Nomura

Date de publication :
25 juin 1994 au Japon

Contenu du CD :
1 CD de 13 pistes
1 livret de 4 pages

Durée Totale : 41'23

 

Liste des pistes


1) Tina (3:37)
2) Gau (2:21)
3) Cefca (3:40)
4) Spinach Rag (2:32)
5) Stragus (3:22)
6) The Mystic Forest (3:23)
7) Kids Run Through The City Corner (3:15)
8) Johnny C Bad (3:35)
9) Mystery Train (2:36)
10) The Decisive Battle (2:33)
11) Coin Song (4:46)
12) Celes (3:07)
13) Waltz de Chocobo (2:36)

 

Deuxième album d'arrangement de Final Fantasy VI, sorti 1 mois exactement après Grand Finale, FF VI Piano Collection est donc un récital joué entièrement au piano ! Le contenu du CD est assez similaire dans son ensemble à Grand Finale, ce qui va nous permettre de voir les morceaux sous un angle différent. Mais voyons plutôt cela dans le détail :

 
  En ouverture, impossible d'échapper au mythique thème de Tina (Terra en US). On a beau dire ce que l'on veut, chaque interprétation de cette mélodie surpasse la précédente. Ainsi, joué au piano, ce morceau est une nouvelle fois sublimé.
Tout commence par quelques notes douces et seules, posant la mélodie. Puis, le pianiste prend son envol, la musique s'installe et impose sa mélancolie, son charme romantique.
En milieu de piste, quelques graves ajoutent une note tragique l'air de la jeune fille, avant de repartir sur la mélodie principale.
La piste se conslue sur une légère improvisation, une variation qui n'existait pas dans la musique originale.

Gau, le petit sauvage, bénéficie d'une interprétation très surprenante. Cette piste est assez lente, et contient de petites montées en puissance inédites. Le rendu est particulier. L'ensemble évoque la solitude. A comparer à l'interprétation orchestrale de Grand Finale, je trouve cette version piano très inférieure. Une piste qui m'a plutôt décu.  

  Kefka (ou Cefca), le démonique et déjanté clown du jeu a fait l'objet d'un travail de composition assez impressionnant. Ainsi, ce personnage aux mutiples facettes est ici interprété à la fois sous l'angle du burlesque et du malsain. Le burlesque par ses accords atypiques et aigus, et le malsain par ses sonorités parfois dérangeantes à l'oreille et son rythme décalé, fait d'accélérations brêves et subites.
L'ensemble est donc très travaillé et la personnalité du personnage est très bien rendue. Mais la contre-partie de ce travail est une faible harmonie de l'ensemble.

Spinach Rag, c'est une musique de piano bar, initialement concue pour être jouée au piano ! Alors effectivement, difficile de passer outre dans un Piano Collection ! Du coup, on est impressionné par la facilité avec laquelle cette piste s'enchaine. On y trouve des inspirations jazzy à peine voilées et un certain nombre de légèretés évoquant l'ambiance des cafés à l'ambiance insouciante pendant que la guerre fait rage dehors. Une piste dont le divertissement est le maitre-mot.

 
Stragus est un arrangement que je qualifierai de raté. Le thème original du personnage n'était pas des plus marquants, mais cette version piano est assez désastreuse. Elle enchaine des notes piquées sans grande harmonie et laisse un aspect d'expérimentation décousue et inachevée. On y reconnait certes la mélodie d'origine sans difficulté, mais dans une interprétation sans génie.

The Mystic Forest est un temps fort de n'importe quel album de Final Fantasy VI. C'est à chaque fois un réel plaisir d'y retrouver le mysticisme de cette forêt typique d'un mode d'héroic-fantasy.
Cette fois-ci, on est d'autant plus ravi que l'interprétation est osée et réussie. Car si le morceau est fidèle au thème original, de bonnes variations sont apportées à mi-piste apportant une touche de charme inattendu. Le final quand à lui insiste sur la mélancolie et le mystère de cette sombre et épaisse forêt.
 

  Kids Run Through The City Corner est lui aussi un incontournable de l'OST de Final Fantasy VI. Ce thème de ville mélacolique à souhait est réellement poignant. Il évoque la tristesse et la nostalgie des citoyens en temps de guerre. Si la richesse instrumentale est moindre par rapport à un Grand Finale, on ne peut nier que son interprétation au piano lui apporte quelque chose de nouveau. La solitude du piano cadre en effet parfaitement avec les émotions de cette piste.

Johnny C Bad est la deuxième musique de type piano bar de cet album. De la même manière que pour Spinach Rag, on y retrouve un tempo très jazzy. Le morceau est encore plus réussi, pour un rendu qui swinge vraiment pas mal. Un morceau qui invite à entrer en piste ! Ca tombe bien, car dans le jeu, il accompagne l'entrée en lice dans le colisée. Mais puisque nous sommes dans une interprétation 100% piano, la piste s'éloigne un peu de l'original, avec une maitrise, une facilité et une inventivité tout simplement géniales.  
  Mystery Train est normalement une musique géniale. Mais cette version-ci manque de génie. La piste est répétitive, se traine en longueur, manque de charme et d'émotion. Bref, il lui manque cette petite étincelle qui fait mouche et nous emporte. Une piste plutôt plate.
The Decisive Battle est un morceau que j'adore. Le thème de combat contre les boss est une perle. Une musique de combat vive, rythmée et harmonieuse. Cette interprétation au piano est le plus grand défi de l'album. En effet, le piano n'est pas le meilleur instrument pour jouer ce genre de piste. L'auteur s'en tire pourtant admirablement bien en jouant avant tout sur l'harmonie et l'élégance des accords et des enchainements.
A quand une version à la guitare éléctrique qui déchirera tout ?
 
  Coin Song est le thème d'Edgar et Sabin. C'est sûr qu'après the decisive battle, le contraste est saisissant. Coin Song est doux et calme. Il représente l'amour fraternel, une des émotions les plus difficiles à retranscire et que Final Fantasy VI (le jeu) avait su montrer dans toute sa grandeur. Ce morceau au piano est assez bien adapté, mais il manque encore un petit quelque chose.
Celes est, dans un style différent de celui de Tina, certainement l'autre grand thème du jeu. L'air qui sert de support à l'opéra fait donc partie de cet album. Et il y a toujours autant d'émotions dans ces notes. De la joie, de l'espoir, de la déception, de la souffrance, de l'espoir encore, du chagrin, des remords. En fait, cette interprétation au piano est très proche de la mélodie originale. Le piano se prêtant admirablement bien à ce genre de musique. Une fois encore, le thème de Celes honore de sa présence un album de FFVI.  
  Pour refermer cet album, l'immanquable, l'innénarrable thème des chocobos dans une enième version. Waltz de Chocobo nous remixe donc le thème des bipèdes sous la forme d'une valse. C'est marrant, parce que moi, j'aurai plutôt mis ce morceau dans l'album Grand Finale. Cela nous aurait peut-être évité le désastre de Milan de Chocobo. Alors, que vaut Waltz de Chocobo ? Et bien je dirais que c'est une bonne surprise. L'arrangement a gardé l'enthousiasme du thème original tout en lui conférant des enchainements nouveaux. Le style de la valse est parfaitement retranscrit, et ne manque pas de rythme. Une fois encore, ce morceau est une invitation à la danse.

 

Au final, ce Piano Collection contient de bonnes surprises, et quelques déceptions. Il est certain qu'un récital complet au piano a moins de portée qu'un album symphonique. Pourtant, ce CD réussi à être original (dans le choix des pistes comme dans leur interprétation) et donc à se renouveler. On notera que 2 pistes sont dédiées aux airs de piano bar et sont jouées avec brio, tandis qu'on retrouve une grande partie des thèmes majeurs du jeu. D'ailleurs, ces derniers ont le mérite de proposer quasiment à chaque fois un nouvel abord des choses. Par exemple, là où Grand Finale joue sur la mégalomanie de Kefka, Piano Collection insiste sur la folie du personnage. Et là où Grand Finale nous montre un Gau orchestral et enjoué, Piano Collection nous renvoye l'image d'un Gau solitaire et triste. Mystic Forest quand à lui trouve sans doute ici sa plus belle interprétation. Concernant Tina, il est très difficile de départager les différentes pistes, mais nul doute que celle-ci est l'une des meilleures. Enfin, la bonne surprise, c'est la présence de The Decisive Battle. Un album qui complète parfaitement Grand Finale donc !

 

 

En savoir plus sur :

Final Fantasy VI Grand Finale : La critique de l'album
Final Fantasy VI : Le test du jeu

par Diddu