Live a Live

Live A Live

Nous sommes en 1994, âge d’or de Squaresoft notamment avec la sortie du plus beau (au sens large du terme) RPG de tous les temps : Final Fantasy 6.
Cependant une équipe de la même enseigne conçoit un autre jeu la même année, jeu plus discret et très peu connu du grand public sous l’ombre de FF6.
Le moins que l’on puisse dire c’est que LIVEALIVE a basé tous ses atouts sur un critère plus que surprenant : l’Originalité avec un grand O.

Présentation :

Lors de l’allumage de la console, le fameux logo Square apparaît mais avec une petite voix criant «Squaresoft », on sent déjà que le jeu a un truc différent.
Une présentation dynamique nous plonge dans le jeu, en montrant certaines scènes et le tout sans musique laissant apparaître les lettres du titre du jeu : L I V E A LIVE. Bon à première vue ça a l’air assez pauvre graphiquement, peut être proche de FF5 mais à l’ère du somptueux FF6 (et oui toujours lui !) il fait un peu pâle figure, mais bon la n’est pas l’intérêt.
Tiens l’écran titre est sacrément différent ! on peut choisir le scénario de l’un des 7 persos disponibles, un peu à la manière d’un Rudora no Hihou ou d’un Seiken Densetsu 3. Le truc c’est que chaque personnage vit sa propre vie à sa propre époque.


Un packaging qui tue !

7 scénarios ! Ça en fait du boulot !

L’histoire :

Ou plutôt LES histoires ! Vous n’avez pas le choix et vous devez tous les finir ! Une fois les 7 scénarii terminés, vous en débloquez un huitième (tiens donc ! ^^)…celui du chevalier…je ne vous en dis pas plus car c’est à ce moment que le jeu passe de très bon à Excellent.

POGO :
Époque« Préhistorique »
Étrange qu’est l’aventure de Pogo et de son fidèle acolyte Gori !
Un démêlé avec une tribu voisine et voilà que Pogo tombe amoureux d’une belle femme de 65 000 avant JC ! Cependant la belle n’a pas qu’un seul prétendant.
OBE :
Époque« Japon Féodale »
Obe est un Ninja qui n’a pas terminé sa formation, il demeure cependant très fort et les choses pressent. Le Dojo du mal prend de plus en plus de pouvoir et vous vous devez d’intervenir…
RO :
Époque« Ancienne Chine »
Ro est un vieux maître de Kung Fu, son souhait le plus cher est de faire perdurer son art, c’est pourquoi il décide de recruter 3 vauriens à qui il transmettra tout son héritage. L’école rivale prêchant haine et violence n’apprécie pas.
SUNSET KID :
Époque« Western »
Sa tête est mise à prix pour 5000 $, cependant Sunset n’est pas un mauvais gars, au contraire. Tout le monde le prend pour un hors la loi, c’est pourtant lui qui va sauver un village d’un gang de malfrats.
MASARU :
Époque« Contemporaine »
Son but ultime est de devenir le champion du monde, assez simple me direz vous. Masaru Takahara devra affronter 8 combattants au tour par tour avant le combat ultime.
AKIRA :
Époque« Future proche »
Le père d’Akira était le chef de la Riot Police, et a été abattu devant ses yeux par le gang des Crusaders. Depuis ce jour il fut marquer à vie. Mais Akira est différent des autres, il possède le pouvoir de télékinésie. Le fait de lire dans les pensées des gens et de déplacer les objets sans les toucher vont lui causer bien des problèmes…..sera-t’il assez fort pour faire revivre Buriki Daioh ?
CUBE :
Époque« Future »
Cube est une nouvelle génération de robot, disposé sur un navire spatiale pour l ‘étude de formes de vie dans l’espace. Son maître Kato, l’a également doté de sentiments…. Bizarrement l’équipage du navire meurt un à un…
... :
Époque« Médiévale »
Une fois les 7 chapitres réalisés, vous débloquerez le dernier.
Je ne dirai rien ! vous n’avez qu’a faire le jeu vous même…Spoiler serait gâcher le plaisir du jeu ! ^^

Et le jeu alors ?:

LiveALive est un épisode unique sur Super-Famicom, il n’a jamais eu de prédécesseur ni de successeur. Ce soft n’est sorti qu’au Japon et malgré la barrière de la langue, il est tout à fait faisable (mis à part pour l’histoire de Cube où il faut entrer un password). Mais oh bonheur ! on peut le trouver sur le net traduit en Anglais donc forcément beaucoup plus accessible :D, et lorsque comme moi on dispose du Linker Snes, y jouer sur sa Super-Nes en devient plus que jouissif.

LiveALive se présente comme un jeu sans prétentions, mais qui vous engouffre petit à petit dans un univers à part entière. En effet, les programmeurs ont eu l’ingénieuse idée de réaliser chaque chapitre par une personne différente, par conséquent ces derniers ont put s ‘exprimer à leur façon nous sortant de la routine du précédent scénario….Je sais, c’est pas très clair mais je suis sur que vous m’avez compris ^^.
Le mode de combat est tout bonnement génial , lorsque l’on rencontre un ennemi (ils sont tous visibles qui plus est !), l’écran passe en mode combat et vous vous retrouvez face aux ennemis.


Pogo en bien mauvaise posture !

Masaru deviendra t’il champion du monde ?

Les Sprites deviennent plus gros et vous vous déplacez sur la zone de combat au tour par tour, vous disposez d’un quota maximum d’actions. Par exemple vous pourrez vous déplacer de 8 cases et asséner ensuite un coup. Selon l’expérience acquise vous apprenez des nouvelles techniques propres au personnage…

Mais d’ou vient cette magie qui émane de LiveALive ??
Tout simplement de son originalité, et oui il va s’en dire que l’on ne s’ennuie pas une seconde avec une telle production entre les mains. Prenez l’histoire de Sunset, ici vous devrez disposer de pièges à travers tout le village pour ralentir le gang, Akira pourra lire dans les pensées des gens et conduire une sorte de Goemon géant, les discussions qui auront lieu à l‘époque de Pogo ne seront que sous formes de bulles et de mimics, quand à Masaru il pourra combattre en sélectionnant son adversaire à la manière d’un Street Fighter 2….et encore beaucoup d’autres originalités.


Les combats sont vraiment dynamiques.

Exclu, le dernier boss du scénario de Pogo (je l’adore lui ^^ )


Squaresoft nous a toujours habitué à des musiques de qualités, et là vous ne serez pas dépaysé, elles en sont pour beaucoup sur la réussite de ce soft.
Chaque musique est réellement adaptée à l’époque où nous nous situons, il suffit d’écouter « Mégalomania » ou encore « Wanderer » pour se rendre compte de leur qualité (mention spéciale pour « Knock you Down », que j’apprécie tout particulièrement).
Passons maintenant aux points négatifs même si il y’en a peu, il en demeure quelques-uns. Tout d’abord des graphismes qui pêchent un peu par leur manque de panache il est vrai, et ensuite mais surtout l’inégalité entre les scénarios. Certains peuvent être très longs comme celui de Obe et d’autres beaucoup trop courts comme pour Masaru, et d’autres peu passionnants comme celui de Cube qui m’a un peu endormi par son manque d’action.

Néanmoins le jeu se rattrape sur le reste et le dynamisme des combats plus qu’agréable ne vous déplaira pas c’est certain ! alors un conseil : FONCEZ c’est de la boulette ! :D

Présentation: () On sent dès le début que le jeu est unique, les menus sont clairs et peu compliqués. Chaque chapitre commence avec un intro propre, la fin vous en apprendra pas mal sur le jeu.

Graphismes: () Il est certain qu’on se rapproche plus d’un FF5 que d’un FF6, cependant certains scénarii sont quand même très agréables à l’œil (Moine). Pendant les combats les sprites plus gros sont très corrects ^^.

Animations: ( ) Disons juste qu’il n’y a pas de ralentissements... (encore heureux !).

Musiques: ( ) Rien à dire, tout à fait adaptés à l’époque dans laquelle vous jouez, certaines sont réellement enchanteresses. De la Préhistoire jusqu’au Futur en passant par le temps des Ninjas… Vraiment pas de défauts majeurs, même si Square à su faire mieux à la même époque (cf : FF6, décidément ! ^^).

Bruitages : () Mouais… rien de bien transcendant mais rien de bien grave. Ça reste mignon et dans le ton de FF4 et FF5, voir peut-être du 6.

Durée de vie: ( ) Avec ses 8 scénarii différents vous aurez de quoi faire ! Le jeu ne regorge pas de mini quêtes mais certaines parties du jeu peuvent être parfois assez longues et d’autres terriblement courtes…

Jouabilité: ( ) Besoin d’un tout petit temps pour comprendre comment fonctionne les menus et ensuite c’est du tout cuit. Tous les persos disposent de la même interface donc c’est cool. A savoir que le mode de combat peut en dérouter certains, ça n’est qu’une question d’habitude.

Intérêt: ( ) Pour ne pas changer, Square réussi encore à nous surprendre avec un jeu qui ne paye pas de mine et qui pourtant vous scotchera à l’écran jusqu'à l’image fatidique du « THE END », grâce à son originalité et son (ses) scénario(s) plus que convaincants. Merci Square…



VincentMagus -- Oo