MEGAMAN X

Fort de son succès jamais démenti, le héros de Capcom déboule sur la plus belle des machines dans un épisode survolté : Megaman X (prononcez ics !) contraste en effet avec les versions précédentes en apportant une touche de nouveauté a une série qui commençait à sentir la poussière. D’ailleurs, ce jeu aurait pu s’appeler X1, car il constitue le premier épisode d’une série qui va se développer en parallèle.

                           
L'intro est très bien réalisée                                          De gauche a droite : X, Zéro et Vile

Bien évidemment, on ne change pas une recette qui gagne, et Rockman (je préfère son nom japonais) reste Rockman. Ce qui est nouveau, c’est que Rockman X vit dans le futur, a une époque ou les machines-robots sont omniprésentes, certaines ayant même déclaré la guerre aux humains et ou de façon plus générale les androïdes vivent de façon autonome. Le scénario, une fois n’est pas coutume, n’est pas des plus approfondis : un méchant pas beau – Sigma – en veut à la paix du monde, et c’est vous, Rockman, qui allez devoir ‘ neutraliser ‘ la menace (lol). Le premier stage permet, outre de se familiariser avec les commandes qui sont des plus basiques (sauter, tirer), de faire la rencontre de Zéro, personnage-clé de la série des Megaman X. Après vous avoir sauvé la vie (ça commence bien !), il part de son coté et vous laisse seul. Le jeu commence alors véritablement : 8 niveaux, gardés chacun par un boss maître des lieux, sont a parcourir. Je rappelle brièvement le principe de Megaman (honte sur ceux qui ne le connaissent pas encore) : Chaque victoire sur un de ces boss permet a Rockman de s’approprier son arme, qui se trouve justement être le point faible d’un autre boss. A vous de trouver dans quel ordre parcourir les stages afin de toujours être muni de l’arme adéquate face au boss.

L’architecture des niveaux est typiquement plates-formes et de nombreux bonus sont disséminés. Les plus importants sont les capsules du Dr Light (le créateur de Megaman X). Etant donné que l’histoire se déroule dans le futur, le bon doc a passé l’arme a gauche, mais il a laissé derrière lui des capsules holographiques permettant d’up-grader Rockman X. C’est ainsi que notre héros va pouvoir acquérir une meilleure armure, un casque aux propriétés destructrices, des bottes de course, sans oublier un troisième tir concentré. Tout ceci constitue en quelque sorte un aspect évolutif qui permet au joueur de revenir dans les niveaux déjà visités afin d’y récupérer de nouveaux bonus (puisque de nouvelles zones sont accessibles). Ces bonus sont d’une part les tanks (au nombre de quatre) qui sont en réalité de simples réserves d’énergie (très utiles pour l’affrontement final !!) et d’autre part les cœurs qui permettent d’augmenter la barre de vie de Rockman (qui peut doubler au maximum). Il va sans dire que ces bonus sont quasi indispensables pour espérer avancer dans le jeu.

Après avoir défait les 8 boss, Sigma apparaît. S’en suit alors un certain nombre de niveaux plus durs que les précédents (d’où l’intérêt de préparer cette seconde phase de jeu), tous ponctués par des boss originaux dont il faudra trouver la faiblesse. Heureusement, Zéro est de retour pour vous prêter main forte. Mais quasiment aussitôt, il se sent une petite défaillance (lol) et vous confie la tâche de terminer seul ! Cette seconde partie ne renferme plus aucun bonus et c’est donc de la plate-forme pure et dure.

                                  
Dans l'antre du boss                                                       X peut piloter des robots

Le point fort de ce premier volet ‘next-generation’ de Megaman est sans aucun doute sa réalisation. Dans une ambiance futuriste très rock, les décors sont assez variés (désert, fonds marins, usine de robot, forêt tropicale, base aérienne …) et suffisamment riches. Rockman, avec sa panoplie de mouvements est beaucoup plus fluide que dans les versions précédentes. De même, les ennemis donnent aux tableaux un aspect très vivant. Mais le gros point fort du jeu est sa musique : des thèmes très bien sentis, entraînants, très rock’n roll !

Finalement, pour sa première apparition sur Snes, Megaman s’offre le luxe d’une version beaucoup plus dynamisée que d’habitude et initie une nouvelle série. Megaman X2 et X3 tournent aussi sur Snes tandis que les versions ultérieures furent développées sur PSX (argh !). Mais si chaque épisode apporte sa pierre a l’édifice, c’est celui-ci qui pose les fondements du gameplay et de l’ambiance rock

                               
Au début du jeu, X est véritablement désarmé...      ... heureusement, il peut voler l'arme de ses adversaires

Le verdict :

 

Présentation : Une intro courte mais qui plonge directement dans l’ambiance (avec déjà une zik dynamique), des menus clairs et une interface agréable : du tout bon.

Graphismes : Très clairs et variés, ils sont soignés et de bonne facture. Mais peu d’effets spéciaux.

Animation : Excellente tout au long du jeu sauf, bizarrement, dans le niveau de la mine. C’est un bon point

Musique : Des thèmes rocks très efficaces qui contribuent très nettement à l’ambiance du jeu et au charisme des persos (zik de Rockman, zik de Zéro, zik du Dr Light)

Durée de vie : La difficulté est très progressive : 1 niveau de prise en main, la 1ère phase de jeu axée recherche et découverte et une dernière partie plus corsée. La durée de vie est tout à fait honorable pour un jeu de plate-forme, même si elle ne fait pas le poids par rapport à un Mario ou a un Donkey Kong.

Jouabilité : La prise en main est simple et les commandes sont des plus basiques : courir, sauter, tirer ! Une réussite.

Note globale : Un très bon jeu de plate-forme, qui ne manque pas de pêche et qui bénéficie d’une réalisation à la hauteur et surtout d’une ambiance sonore très travaillée. Il est clair que les niveaux sont conçus pour se faire plaisir et on y revient avec plaisir.

Diddu ^_^