TINTIN: LE TEMPLE DU SOLEIL

Petit rappel des faits ( :p ): En 1996 le règne de la Super Nintendo sur le monde du jeu vidéo touche à sa fin. En effet, c'est le crépuscule d'une console qui a dominé sans partage l'industrie vidéoludique durant six ans. L'un des derniers coups de génie de cette console vieillissante réside dans le développement des adaptations de bande dessinée, comme Lucky Luke mais surtout les aventures de Tintin. Succédant au superbe Tintin au Tibet, le deuxième jeu Tintin sera Le Temple du Soleil, également adapté comme son prédecesseur sur Game Boy.

Test réalisé par Philou ( et mis en page par Mario86)

L'écran Titre du jeu est le même dessin que la couverture de la B.D. C'est déjà un bon point pour un jeu qui n'a que des points positifs!          Premier niveau: le musée d'histoire naturelle ( pages 22-23 de la B.D.!)

Je pense que vous connaissez tous l'histoire du temple du Soleil. Inutile donc de vous la rappeler! Ce qui est positif immédiatement dans cette cartouche c'est que le jeu est en français ( mais vous pouvez aussi jouer en espagnol, anglais et allemand ), ce qui est devenu une banalité dans les jeux développés par Infogrames ( comme Astérix ou les Schtroumpfs par exemple ). On n'aura donc pas à se casser la tête à traduire les nombreux dialogues. Parce que pour rester dans l'esprit de la B.D., les programmeurs ont placé les dialogues dans des bulles avec le style d'imprimerie propre à Hergé.

La lumière est quasiment inexistante dans la maison du professeur Bergamotte et seule la flamme dévastatrice vous éclaire: magnifique!!        La scène dans le jardin de la villa permet d'alterner entre deux personnages, Tintin et le capitaine.

On met en fait pas mal de temps ( cinq niveaux ) pour arriver dans la B.D. Le Temple du Soleil car les premiers stages du jeu sont en fait tirés du précédent volume: Les 7 boules de Cristal. D'où des passages dans le musée, la villa de Bergamotte ou le port, l'avant-dernière séquence valant son pesant d'or, car il s'agit tout simplement d'une séquence sur route où l'on dirige la voiture jaune de Haddock sous une pluie battante en mode 7 genre F. Zero. C'est bien réalisé et pas si évident à manier.

Un exercice assez périlleux dans la mesure où la visibilité n'est pas terrible et où les véhicules arrivant en face viennent assez vite.        Le clin d'oeil à Quick et Flupke de la B.D. n'a pas été oublié dans l'adaptation en jeu vidéo.

En ce qui concerne les graphismes, ils sont traités dans un genre très B.D. là encore. Les dessins sont très proches de ceux de Hergé et donnent même une impression de relief saisissante. Les jeux de lumière sont pour ainsi dire parfaits. On peut en juger aisément car il y a énormément de niveaux plongés dans la pénombre: la villa de nuit, le paquebot, la grotte... Dans certains passages ( mieux équipés que d'autres ! ), Tintin peut même allumer des interrupteurs pour éclaircir la pièce !

Si le scénario n'est pas toujours identique, les éléments sont tous repris de la B.D.: cette grue existe réellement dans les 7 boules de cristal!        C'est quand Tintin découvre Tournesol que le jeu démarre vraiment...

Les habitués de Tintin au Tibet ( le jeu, pas la B.D. ! ) retrouveront une jouabilité identique. Tintin ne se contrôle pas parfaitement, surtout sil court et doit sauter pour éviter des obstacles rapidement, mais le tout se rattrape avec de très nombreux mouvements et une innovation jamais vue dans les jeux de plate-forme du genre Mario: le passage du perso au premier plan de l'écran puis au fond de l'écran en un clin d'œil ! Tintin peut aussi ramper, nager, pousser ou tirer des objets, s'agripper aux rebords... Il dispose donc d'un éventail de mouvements très variés.

Une séquence un peu stressante où on ne voit presque rien. Tintin rejoint lentement la barque de Haddock à la nage sous le feu des balles.       La séquence spéciale du train est incontestablement la plus dure du jeu.

S'il est essentiellement un jeu de plates-formes, Le Temple du Soleil propose énormément de séquences spéciales où l'on peut une fois de plus admirer la superbe ambiance magnifiquement reproduite. Que ce soit une séquence en voiture sous la pluie, une nage effrénée pour rejoindre Haddock sans se faire toucher par les balles qui fusent, un train fou qui dévale la pente à toute vitesse, Tintin poursuivi par une avalanche ou un puzzle visant à reconstituer un morceau de journal, le jeu épate par l'incroyable variété des niveaux qu'il propose.

Tintin Fighter 2!!! Avec Chun Tintin contre... euh... bon d'accord.     L'interminable niveau de la montagne, où Tintin devra surtout éviter de passer trop près des bandits.

Parlons maintenant de la bande son. Là, c'est plus difficile de comparer à la B.D., évidemment, mais cette bande son bénéficie là encore d'un choix impressionnant de thèmes tous différents bien qu'il ne s'agisse encore que de sons produits sur cartouche ( et donc pas réalisés avec de vrais instruments comme sur support C.D. ). Malgré tout, ces thèmes sont intéressants et le menu options du jeu permet de tous les écouter ( si vous avez un câble péritel avec trois fiches de couleur, branchez la rouge et la blanche sur votre chaîne hi-fi et vous aurez une super sortie stéréo ! ).

Très original: une poursuite en mode 7 où le perso court vers l'avant. Conséquence, les obstacles apparaissent au tout dernier moment!     Dans cette descente, accroché au dos du condor, ne lâchez jamais prise malgré les branchages...

Comme vous pouvez le constater, au niveau de la réalisation, c'est le quasi sans faute. Mais côté durée de vie, est-ce que ce jeu assure ? Bien qu'étant plutôt une joueuse confirmée, il apparait plus long que les références « plate-formiques » de la console, mais on doit sans doute en attribuer le mérite à un système de sauvegarde par mots de passes qui survient souvent trop tard ( quand on a déjà perdu... :p ). On croit, après avoir terminé difficilement un niveau, que le password va venir nous sauver... et non, il reste encore une étape qui sera souvent fatale!

Après avoir aidé Zorrino à traverser la jungle, vous devrez combattre un serpent géant, l'un des rares boss du jeu.      La séquence en pirogue est la mieux réalisée du jeu.

Mais comme vous pouvez sans problème régler la difficulté au début du jeu, vous y trouverez forcément votre compte. Pour tout vous dire, le principal changement quand vous basculez en mode normal puis difficile, c'est le temps qui vous est imparti... sans ça, relativement peu d'adversaires supplémentaires. Mais au fur et à mesure que vous vous rapprochez du but ultime, vous constaterez que les niveaux sont de plus en plus compliqués et que finalement... vous aurez bien fait de choisir le mode facile !

L'instant ou tout... bascule. La corde de Tintin rompt et celui-ci est projeté derrière la cascade!       La grotte est un modèle dont tout jeu devrait s'inspirer pour sa séquence « labyrinthe ». J'en ai oublié où il fallait sortir! :'(

En conclusion, Le temple du Soleil est un très bon jeu auquel il ne manque pour ainsi dire RIEN. C'est suffisamment rare pour être signalé, mais les graphismes sont sublimes, la bande son originale, le scénario intéressant et la durée de vie réglable à volonté. Allez, si, quand même, je pourrai revenir sur une maniabilité pas toujours au top, mais bon, le jeu demeure malgré tout très simple à prendre en main. C'est vraiment dommage qu'il soit arrivé si tard sur la console... imaginez un peu qu'un Mario s'en soit inspiré...

Le puzzle n'est pas particulièrement délicat à compléter.       L'ultime niveau... je n'en dis pas plus!

Présentation: => Un style graphique qui se rapproche beaucoup de la bande dessinnée pour notre plus grand bonheur. Cela donne un résultat unique sur Super Nintendo.
Graphisme: => Extrêmement satisfaisants car ils sont le fruit d’une fusion entre un style «  B.D. « et le style Super Nintendo. Le mélange est savoureux !
Animations: => A part Tintin ( qui dispose de beaucoup de mouvements ) on a vraiment l’impression que rien ne bouge. Tout est figé…
Musiques: => Ca ressemble assez à la bande son des dessins animés Tintin et la musique correspond bien au contexte géographique des Andes.
Bruitages: => Contrairement aux animations on peut entendre pas mal de bruits derrière la musique, notamment Tintin dont la voix est bien reproduite ( même s’il ne sait rien faire d’autre que pousser des cris ).
Durée de vie: => Si vous voulez relever le challenge de le terminer en mode difficile ce jeu s’avérera être un modèle de longevité. Mais en mode plus facile, grace au système de mot de passe, vous le terminerez sans doute en quelques heures ; ce qui n’enlève rien a l’intéret du jeu puisque se le refaire plusieurs fois est un plaisir !
Jouabilité: => Ce n’est pas fameux car Tintin glisse souvent quand vous le faites courir. Il a fallu aux programmateurs tenter le tour de force de faire d’un personnage réaliste un héros de jeu de plate-forme et le seul mérite qu’ils ont c’est d’avoir essayé, car le résultat est franchement decevant.
Intérêt: => L’adaptation de la B.D. au jeu vidéo est un thème intéressant et qui passe le test avec mention très bien. L’esprit des B.D. Tintin est conservé ( mis à part les aptitudes physiques du héros, comme je l’ai dit juste au-dessus ) et cela n’enlève rien au charme du jeu vidéo, lui donnant même de nouvelles possibilités. Le Temple du Soleil est un titre indispensable si vous aimez la B.D. et que vous êtes géneralement séduit(e) par les fonctionnalités de la Super Nintendo. Un bon jeu techniquement où seul le gameplay fait vraiment défaut ( ce qui a parfois pour effet de rallonger la durée de vie chez les gamers nerveux ! ). Ne ratez pas ce jeu car il est l’un des derniers produits sur Super Nintendo et les jeux de 1995-1996 sont souvent de très bons jeux peu connus !

Allez, pour consoler ceux qui ne sont pas allés au bout: vous verrez Tournesol quand vous n'aurez plus de temps!        C'est malin ça Diddu! Maintenant tout le monde va utiliser ce mot de p... ah oui, en effet, j'aurais pu ne pas le mettre :p

Je voudrais remercier Diddu pour ses captures d'écran et bien sûr Mario86 pour m'avoir aidée à faire la mise en page!